CPHA Canvax
CPHA Canvax

Le système CARD™ : un outil de soins centrés sur le patient pour soulager la douleur et la peur durant les vaccinations à l’école

Anna Taddio, Lucie M. Bucci, Charlotte Logeman, Victoria Gudzak


Anna Taddio PhD (1,2), Lucie M. Bucci MA (3), Charlotte Logeman MPH (1,2), Victoria Gudzak BSc, MSc(cand) (1,2)

1)    Faculté de pharmacie Leslie Dan, Université de Toronto
2)    Hôpital pour enfants malades, Toronto
3)    Immunisation Canada

Auteure-ressource : Anna Taddio PhD


Les programmes de vaccination (de masse) en milieu scolaire sont un moyen efficace de joindre un grand nombre de jeunes pour leur administrer les vaccins recommandés. Les méthodes habituelles de planification et d’administration des vaccinations à l’école sont toutefois complexes et ne donnent pas systématiquement la priorité aux besoins et aux préférences des élèves (1). L’omission d’inclure les élèves – qui sont pourtant les destinataires des vaccinations à l’école – dans la planification et l’administration peut avoir l’effet non intentionnel de discréditer la vaccination. Dans cet article, nous verrons comment les méthodes actuelles de vaccination à l’école peuvent causer du tort et nous proposons un cadre de planification et d’administration des vaccinations dans les programmes scolaires qui repose sur des données scientifiques et qui tient compte des besoins et des préférences des élèves.

Environ les deux tiers des élèves ont peur des aiguilles et disent que la douleur (et la peur qui lui est associée) est le pire aspect des vaccinations à l’école (2). La peur est associée à un risque plus élevé de syncope, qui peut causer des blessures graves si l’élève tombe (3). Ces expériences vaccinales négatives peuvent interférer avec l’achèvement de la série vaccinale et les vaccinations futures de l’élève, qui cherchera à éviter les aiguilles. Il existe déjà des interventions fondées sur les preuves pour atténuer la douleur et la peur (4), mais les élèves n’en profitent pas, car ils ne sont pas systématiquement inclus dans les activités de planification et d’administration des vaccinations. Par exemple, celles-ci ont généralement lieu dans de grands espaces comme le gymnase de l’école, où les élèves sont présents en grand nombre et regardent leurs camarades se faire vacciner. Ces lieux et ces processus favorisent la peur et la contagion de la peur (sa propagation aux autres) et ne respectent pas la préférence d’un enfant particulier de se faire vacciner dans un espace privé, une option pourtant disponible dans d’autres lieux de vaccination. En outre, les élèves ne reçoivent pas une formation structurée aux techniques d’atténuation de la douleur et de la peur des aiguilles avant d’être vaccinés et n’ont souvent pas la permission d’apporter des outils d’adaptation, comme les appareils électroniques, malgré l’existence de solides preuves scientifiques qui montrent que la préparation et l’usage de stratégies d’adaptation atténuent la douleur et la peur. 

Au-delà de la procédure de vaccination, le fait d’enseigner des habiletés d’adaptation aux élèves leur apporte des avantages pour la vie, car ils rencontreront sans aucun doute beaucoup d’autres situations stressantes et pourront se servir de ces habiletés pour y faire face. Il faut agir en intégrant systématiquement des interventions fondées sur les preuves dans les programmes de vaccination à l’école et en leur donnant la priorité. Dans l’immédiat, ces interventions peuvent donner lieu à des expériences vaccinales plus positives, car les élèves éprouvent moins de peur, de douleur et de syncopes. À long terme, les élèves ont une relation de confiance renforcée avec les professionnels de santé, considèrent la vaccination sous un jour plus positif et sont plus nombreux à l’accepter. 

En 2015 ont été publiées des lignes directrices de pratique clinique (LDPC) factuelles pour atténuer la douleur, la peur et les syncopes lors des injections de vaccins (4). Les recommandations de ces LDPC ont été intégrées dans le Guide canadien d’immunisation et ont constitué la base de la première note de synthèse de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur le sujet (5). En 2019, les auteurs des LDPC ont mis au point un cadre de vaccination, du nom de système CARDMC, qui opérationnalise les recommandations des LDPC pour la vaccination en milieu scolaire (6). Chaque lettre du mot « CARD » englobe une catégorie d’interventions fondées sur les preuves (C-Confort, A-Aide, R-Relaxation, D-Distraction) pour réduire la douleur, la peur et les syncopes. Les activités de planification et d’administration des vaccinations en milieu scolaire sont examinées et modifiées pour s’harmoniser avec les principes du CARDMC. Il existe une exigence correspondante que toute personne intervenant dans le programme de vaccination à l’école doit être formée à ce cadre et bien le connaître. 

Les principales activités incluses dans le CARDMC sont résumées au tableau 1. Brièvement, les activités de planification spécifiques peuvent inclure une rencontre avec la direction de l’école pour trouver des espaces optimaux où administrer les vaccins et pour sensibiliser les élèves à l’avance au système CARDMC dans leurs propres classes, ainsi qu’aux stratégies d’adaptation spécifiques qu’ils peuvent utiliser. Le jour de la vaccination, la clinique est aménagée de manière à réduire les repères qui provoquent la peur (p. ex. en prévoyant une salle d’attente séparée pour les élèves à l’extérieur de la clinique de vaccination et en dissimulant les aiguilles), et les élèves sont aidés à utiliser leurs stratégies d’adaptation préférées durant la vaccination. La notion de « cartes » à jouer par les élèves en fait des participants actifs de leurs propres soins de santé et favorise une bonne adaptation durant les vaccinations. La figure 1 présente des exemples d’interventions d’adaptation que les élèves peuvent choisir. 

Tableau 1. Cadre d’administration des vaccinations du CARDMC

Cadre d’administration des vaccinations du CARDMC

Reproduit avec l’autorisation d’Oxford University Press. 

Taddio A, MacDonald N. Addressing vaccine hesitancy in travellers: the CARD™ system. J Travel Med 2019 Sep 2;26(6). pii: taz056. doi: 10.1093/jtm/taz056 

Figure 1. Exemples d’interventions du système CARDMC

Figure 1

Le système CARDMC a été conçu avec la participation de tous les acteurs intervenant dans les vaccinations en milieu scolaire : les élèves, le personnel de santé publique, le personnel scolaire et les parents; une démarche par étape a été utilisée pour cerner les besoins et les préférences, élaborer des outils et des ressources et évaluer l’effet de la mise en œuvre (6). Lors d’un essai comparatif en grappes, les élèves des écoles ayant appliqué le système CARDMC (comparativement aux témoins) ont déclaré moins de peur (RC = 0,47; intervalle de confiance de 95 % [IC] 0,27 à 0,82) et d’étourdissements (RC 0,26; IC de 95 % 0,07 à 0,91). Les élèves des écoles du CARDMC ont présenté des scores de connaissances statistiquement plus élevés et des attitudes plus positives à l’égard de la vaccination. Autres avantages : il y a eu un renforcement des liens des professionnels de santé avec les élèves et avec le personnel scolaire, et une amélioration de l’expérience vaccinale de tous les acteurs impliqués. Les lecteurs du présent article peuvent consulter le supplément de la revue Paediatrics & Child Health consacré au système CARDMC pour en savoir plus (6).

Le CARDMC propose une démarche systématique de planification et d’administration des vaccinations en milieu scolaire qui intègre les besoins et les préférences des élèves et qui favorise les soins centrés sur la personne et l’équité en santé pour tous les enfants. C’est un cadre transférable d’un bureau de santé à l’autre et d’un lieu de vaccination en milieu scolaire à l’autre, avec des adaptations au contexte local. Pour résumer, l’attention aux besoins et aux préférences des élèves améliore leur expérience vaccinale. Elle a aussi le potentiel de promouvoir la vaccination et d’améliorer les résultats sanitaires des enfants. Notons que le système CARDMC convient aussi de façon plus générale à la gestion de la peur et de l’anxiété aiguës; nous en avons créé une version adaptée pour la pandémie de COVID-19. La version originale (pour le personnel scolaire, les parents et les enfants/adolescents) et les versions adaptées du système CARDMC sont accessibles sur le site Web d’Immunisation Canada.


Références :
  1. Cooper Robbins SC, Ward K, Skinner SR. School-based vaccination: a systematic review of process evaluations. Vaccine 2011;29(52):9588-99. doi: 10.1016/j.vaccine.2011.10.033. 
  2. Bucci LM, MacDonald NE, Sondagar C, Taddio A. Taking the sting out of school-based immunizations. Paediatr Child Health 2017;22(1):41-2. doi: 10.1093/pch/pxx004. 
  3. McMurtry CM, Pillai Riddell R, Taddio A, Racine N, Asmundson GJ, Noel M, Chambers CT, Shah V, HELPinKids&Adults. Far from “just a poke”: common painful needle procedures and the development of needle fear. Clin J Pain 2015;31 Suppl 10:S3–11. doi: 10.1097/AJP.0000000000000272.
  4. Taddio A, McMurtry CM, Shah V, Riddell RP, Chambers CT, Noel M, MacDonald NE, Rogers J, Bucci LM, Mousmanis P, Lang E, Halperin SA, Bowles S, Halpert C, Ipp M, Asmundson GJG, Rieder MJ, Robson K, Uleryk E, Antony MM, Dubey V, Hanrahan A, Lockett D, Scott J, Bleeker EV, HELPinKids&Adults. Reducing pain during vaccine injections: clinical practice guideline. CMAJ 2015 Sep 22;187(13):975-82. doi: 10.1503/cmaj.150391
  5. OMS. Réduction de la douleur au moment de la vaccination. Note de synthèse: position de l’OMS – septembre 2015. WER 2015;90(39):505-16. http://www.who.int/wer/2015/wer9039.pdf?ua=1 
  6. Taddio A. Pain pain go away: improving the vaccination experience at school. Paediatr Child Health 2019 Apr;24 Suppl 1:S1-S67. https://academic.oup.com/pch/issue/24/Supplement_1